LA PEYRADE MON VILLAGE

LA PEYRADE MON VILLAGE

Cabanes des Eaux Blanches vers 1925

Cabanes des Eaux Blanches vers 1925
Cabanes des Eaux Blanches vers 1925 :

 Cabanes des Eaux Blanches vers 1925

canal du Rhône à Sète

(Photo apportée par Georgette Hernandez)





Commentaires

  • Minguez Daniel (visiteur)
    Minguez Daniel (visiteur) · 10 février 2014

    Les cabanes étaient faites en tole ,c'étaient des bidons de goudron que l'on ouvraient de tout le long et aplaties pour en faire des palissades , peu étaient en dur ,ils avaient pratiquement tous une barque pour traverser ils leurs avaient fait une passerelle , elle n'est pas resté longtemps, les petits venaient a l'école a la Peyrade .La semaine tout ce passait bien et le samedi ils se prenaient a la fronde d'une rive a l'autre avec les petits du village ,a cette époque il n'y avait rien pour se loger tu te démerdait ou tu crevait .Il avaient la une épicerie faite en tole mais dedans elle était bien arrangée .Nous nous avons connu que les trois dernières en dur on a tous entendu parler de Brive la Gaillarde dans l'une d'elle..

  • Bonjour
    MERCI !! merci Georgette pour cette photo.
    L'oncle Denis (Marius Denis CAUSSE) habitait ici en 1921 et jusqu'à sa mort en 1945 avec son épouse Fernande PRADEILLES (tous deux né à Montpellier). On cherche toutes informations sur le couple. Lui c'était un colosse, un "personnage local", (très haut en couleurs parait-il) on dit que quand il chantait, on l?entendait de Sète à La Peyrade. Il avait perdu une jambe en 1915. Il a été décoré en 1938 à Sète lors des cérémonies commémorant le 20° anniversaire de la fin de la Grande Guerre. Est-ce que quelqu'un a des infos à son sujet ?? Quel dommage, on ne saura jamais exactement dans quelle "cabane" il habitait - il est peut être même sur cette carte postale, on voit quelques personnes ! Sa mère Marie Henriette CAUSSE, né CAGNON est décédé également aux Cabanes, en 1938

    • Minguez Daniel (visiteur)
      Minguez Daniel (visiteur) · 10 février 2014

      C'est vrais qu'il chantait bien mon pére se souvient de lui ,un grand homme avec une jambe de bois .Il me dit tout les matins il partait a Séte avec sont petit bourricot attelait a une carriole, il ne descendait meme pas pour passer le talus de la voie ferré, il était un peut kamikaze ,cette carriole partait dans tous les sens ils habitaient vers le fond

    • Merci Daniel pour cette information. sur les recensements, il est dit "journalier", il devait partir chercher un peu de boulot. Mais je ne sais pas ce qu'il faisait, peut être qu'il transportait de petits colis en ville à Sète, ou entre Sète et La Peyrade.

    • Daniel Minguez est la mémoire de notre génération, merci à lui.

  • Minguez Daniel (visiteur)
    Minguez Daniel (visiteur) · 22 janvier 2014

    Voila les trois passages pour les eaux sous les trois arches.Seule deux sont encore la..