La compagnie des produits chimiques - LA PEYRADE MON VILLAGE

LA PEYRADE MON VILLAGE

LA PEYRADE MON VILLAGE

La compagnie des produits chimiques


La compagnie des produits chimiques
La compagnie des produits chimiques :

En 1917, un industriel belge, Mr Van Caberke, désire ouvrir une entreprise de produits chimiques la "Compagnie Cettoise des produits chimiques". Pour cela, il achète tout d'abord 25 hectares de l'étang d'Ingril en bordure de la voie ferrée Cette-Montbazin le 26 février 1919.

(Source Pierres Vives archives départementales de l'Hérault)


La compagnie des produits chimiques
La compagnie des produits chimiques :

Plus tard, il achètera la partie restante de 25 hectares entre la voie ferrée Cette Montbazin et le pont de La Peyrade.

(Source Pierres Vives archives départementales de l'Hérault)


La compagnie des produits chimiques
La compagnie des produits chimiques :

Pour cela, l'entrepreneur devait (à sa charge) procéder au comblement de cette partie de l'étang, afin de pouvoir créer son entreprise. L'entrée de cette entreprise était prévue en bordure du canal de La Peyrade presque à la jointure du canal de La Peyrade et du canal des étangs.

(Source Pierres Vives archives départementales de l'Hérault)


La compagnie des produits chimiques
La compagnie des produits chimiques :

Pour cela  il était prévu la mise en place d'un pont levant au dessus du canal de La Peyrade, entre le pont de La Peyrade et la Compagnie Cettoise de produits chimiques.

(Source Pierres Vives, archives départementales de l'Hérault)


La compagnie des produits chimiques
La compagnie des produits chimiques :

Esquisse le "Compagnie Cettoise des produits chimiques"

(Source Pierres vives , archives départementales de l'Hérault)


La compagnie des produits chimiques
La compagnie des produits chimiques :

Toutes les parties administratives ayant donné leurs accords, rien ne pouvait interdire la mise en place de cette entreprise. L'accord définitif datant de 1923. Hors , ne remplissant pas les conditions de l'accord, le conseil d'état lui refusera son implantation en 1932.

(Source Gallica)