LA PEYRADE MON VILLAGE

LA PEYRADE MON VILLAGE

Pays de Cocagne

3 appréciations
Hors-ligne
La gourmande que j'étais et que je suis restée tient absolument à parler des bonnes choses que garrigue, étang, mer, jardins, nous offraient si généreusement.
J'ouvre le sujet mais je le continuerai plus tard, trop de choses à faire ce soir et autres sujets ouverts aujourd'hui (ciné, bicyclette, commerces), je ne sais pas où donner de la tête.
L'enfant est le père de l'homme (William Wordsworth)

3 appréciations
Hors-ligne
L'enfant est le père de l'homme (William Wordsworth)

3 appréciations
Hors-ligne
Coquille : 4 lignes avant la fin : la belle arrière-saison qu'on a eue.
L'enfant est le père de l'homme (William Wordsworth)

3 appréciations
Hors-ligne
Je vais continuer un peu sur ce thème parce que j'ai parlé des bijus avant-hier et qu'ils font partie de la 2e chose pour laquelle je me damnerais : un plateau de coquillages.
Je parlerai de mon préféré (les moules) une autre fois, je termine avec les bijus.
On descendait de Reims chaque année pour Noël et, quand on remontait, on invitait les amis à venir manger ce qu'on avait rapporté d'en bas.
J'ai une amie, maman française et papa anglais, qui a vécu toute son enfance et son adolescence en Angleterre mais vit en France depuis l'âge adulte et qui goûte à tout. Elle se régale avec les escargots de Bourgogne, c'est pour dire.
La 1e fois, elle a donc voulu goûter un biju et est partie directement recracher aux toilettes.
Les autres n'y ont pas touché. Une patate pourrie ! Quelle horreur !
Comme je l'ai écrit avant-hier, même dans la famille, on était peu nombreux à les aimer.
Moi, j'adore !
Les taper contre l'évier pour qu'ils durcissent et qu'on puisse les couper en 2, passer le pouce pour détacher chaque moitié, avec du pain frais bien noir et bien croustillant, un petit verre de vin blanc.
Ce sont des sacs entiers que ramenait mon parrain (thème "le vent"). Ils étaient nombreux à se retrouver de nuit sur la plage, même un médecin, toujours les mêmes.
Ma fille est devenue végétarienne il y a 2 ans, alors, par solidarité, j'ai commencé à ne plus acheter d'agneau ni de veau (je m'extasie devant ces petites bêtes quand j'en vois dans la nature et puis j'en mange ! Ce n'est donc plus que quand je suis invitée). Je me suis dit aussi que j'allais boycotter le gibier, c'est trop beau en milieu naturel, et puis je n'en mange pas tant que ça, ce n'est pas un trop gros sacrifice.
Je n'ai jamais vu de corrida. Même si je suis à moitié Catalane espagnole, ce n'est pas dans ma culture non plus.
Alors, je me suis posé la question des coquillages : manger des bestioles vivantes, quand même, avec une fille végétarienne ! Pas très cohérent.
Depuis 2 ans, je reste dans mon incohérence.
L'enfant est le père de l'homme (William Wordsworth)

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 216 autres membres