LA PEYRADE MON VILLAGE

LA PEYRADE MON VILLAGE

Le chemin royal de Montpellier à Cette , le pont 52 arches

 L'histoire de la conception du chemin de Montpellier à Cette prends forme en 1746, ou un projet de nouveau chemin reliant Montpellier à Cette est établi. Auparavant, la construction du canal des étangs (canal de Cette au Rhône) a été effectué pour la partie de La Peyrade à Frontignan entre  1700 et 1706. A cette époque là, un pont de pierre était construit sur le canal des étangs, avec deux petites arches de part et d'autre pour le chemin de halage. A compter de 1732 et ce durant 20 ans, tout d'abord les arches apparaitrons pour faciliter la communication des eaux de l'étang de Thau avec l'étang d'Ingril, puis au dessus de ces arches, la chaussée prendra sa forme définitive, chaussée que nous appelons pont de La Peyrade 52 arches. L'histoire de notre pont est établie en plusieurs périodes, canal des étangs, puis construction des arches et ensuite la chaussée.

 

photo_704781_10822296_201304161802695[1].jpg

 

Pont de pierre sur le canal des étangs

 

 

 7 février 1732

Devis des ouvrages du chemin du bac de La Peyrade à Cette

La première peirade est abandonnée pour 

une nouvelle plus à l'ouest.

 

1732 7 février (1).JPG

 

 

Devis des ouvrages 

qui doivent être exécutés pour la construction

du nouveau chemin depuis le bac de

La Peyrade jusqu'à la ville de Cette.

La province du Languedoc ayant fait construire 

depuis quelques années un nouveau chemin de communication

depuis le chemin royal jusqu'au bac de La Peyrade

dans la vue de d'ouvrir un libre commerce par terre

jusqu'au port de Cette par le transport des vins , des 

eaux de vie , et d'autres denrées en marchandises jusqu'à

ce port, il ne restait à faire que la partie de chemin

depuis le bac de La Peyrade jusqu'à Cette sur près 

de dix et neuf cents toises de longueur sans quoi tous

les projets de la province et toutes les dépenses faites

depuis le chemin royal jusqu'à  La Peyrade auraient été

inutiles et infructueuses.

Sur les représentations faites aux états derniers

sur l'inutilité de ce premier chemin et sur la triste

situation du commerce de cette ville qui ne pouvait

 

1732 7 février (2).JPG

 

tiré aucun secours du Languedoc par terre à cause que

le chemin depuis le bac de La Peyrade était absolument 

impraticable pour le transport des marchandises.

Les états délibérèrent de faire le fond nécessaire pour faire

travailler à cette nouvelle partie de ce chemin , et nous

reçûmes ordre en conséquence d'en faire la vérification

en d'en dresser incessamment le devis.

Il compte par notre vérification qu'il n'y a pas moyen

de pouvoir établir le nouveau chemin au bord de la plage

tant parce qu'elle est variable , que parce qu'il ne pourrait

avoir aucune solidité , étant situé sur des sables

mouvants , encore moins entre la plage et l'étang , ou aux

bords de l'étang à cause des dunes ou monticules de sable

qui interceptent l'espace ou il devrait être construit , qu'il

faudrait faire raser et aplanit sans compter que la même

cause qui a donné lieue à ces dunes subsistantes; le nouveau

chemin s'ensablerait toujours ainsi toutes considérations

faites, nous avons été convaincus que le seul et unique

moyen qui nous restait pour avoir un chemin solide

depuis le bac de La Peyrade jusqu'à la ville de Cette était

de côtoyer le canal des étangs après avoir traversé le...

 

1732 7 février (3).JPG

 

bac de La Peyrade et suivre les bords de ce canal

jusqu'au premier coude ou contour qu'il fait vis à vis

de la métairie des RP Jésuites depuis lequel coude il

sera tiré un alignement à la pointe de l'aiguille du clocher 

de Cette qui déterminera le milieu du chemin qui sera

construit partie sud du bras de l'étang , ou il y a trés peu

d'eau et dont le terrain est très ferme et très solide partie 

sur un terrain inculte et abandonné couvert de mauvaises

herbes et ensuite sur les champs et vignes de divers

particuliers de la ville de Cette, jusque vis à vis une croix

de bois que l'on trouve sur l'ancien chemin, et enfin par

deux alignements jusqu'aux premières maisons de

Cette, en se servant le plus qu'il sera possible de l'ancien

chemin.

On aurait put aussi en construisant ce chemin éviter

la Peyrade en tirant un alignement depuis l'ancien chemin

de Frontignan, jusqu'au coude du canal dont il a été parlé

ci-dessus et suivre le reste du même projet , on aurait même

put abréger  par ce chemin mais il aurait fallu 

transporter le bateau , et construire cette première...

 

img126.jpg

 

 1732 7 février (4).JPG

 

partie du chemin jusqu'au canal sur les terres de la

métairie des Jésuites et de .... autres particuliers

ce qui aurait exposé la province à des dépenses considérables

pour l'indemnité des terres , ainsi nous conformant 

au premier projet , nous donnerons dans le devis suivant 

un détail circonstancié de tous les ouvrages qui doivent

exécutés pour mettre ce chemin dans son entière 

perfection.

Article 1

A la sortie du bac de La Peyrade le terrain sera

dressé et aplani sur cinq ou six toises de largeur et

de longueur, vu peu en pente vers le bac , et vu peu

rehaussé pour que les charrettes et autres voitures aient

la facilité de monter et de tourner , après quoi cet espace

sera recouvert de bon gravier sur environ un pied de

hauteur.

Article 2

Le chemin sera ensuite construit sur le bord du

canal des étangs jusqu'au premier coude ou contour

que le canal fait vis a vis la métairie des Jésuites 

pour laquelle construction le mur à pierres sèches...

 

1732 7 février (5).JPG

 

qui bordent le canal des étangs sera démoli et

construit en bonne maçonnerie de moellon dan un

parfait alignement sur son entière longueur jusqu'à

ce coude , en se servant pour cette construction des

anciens matériaux de la démolition et des plus belles 

pierres que l'on pourra trouver dans la garrigue pour ce

qui pourra manquer pour la construction du mur

dont la largeur à son couronnement d'un pied six

pouces un sixième de ..... du côté du canal , et à

égard de la hauteur on se réglera sur celle de l'ancien

mur qu'on doit démolir en observant que le couronnement 

du nouveau mur soit partout dans un niveau parfait

et que ce couronnement soit terminé par de grosses

pierres plates, les plus gisantes que l'on pourra trouver .

Enfin que ses fondements soient faits sur le ferme 

ou du moins sur un  terrain de bonne consistance.

 

1732

 

10 1732 chaussee 27 novembre  1732.JPG

 

Extrait des registres

des délibérations des états généraux de la

province du Languedoc convoqué par

mandement du Roi en la ville de Montpellier

au 27 novembre 1732

Du lundi 22 décembre mil sept

cent trente deux, Président et Monseigneur l'Archevêque

et Primat de Narbonne.

Monseigneur l'évêque d'Alais a dit que la

province ayant fait construire à grand frais un beau

chemin depuis le chemin royal jusqu'à La Peirade pour

aller à Cette, il ne restait plus pour rendre cet ouvrage

parfait et utile au commerce que d'achever ce chemin

sur environ une lieue depuis La Peirade jusqu'à la ville

de Cette, que sur la représentation continuelle des

habitants de cette ville et des principaux négociants

Monseigneur l'Archevêque de Narbonne chargea le sieur de

Montferrier et le sieur de Clapies de vérifier à quoi pouvait

monter cette dépense, que le sieur de Clapies en conséquence

a fait divers projets, qu'il a présenté à la commission

dont le plus vite et le plus aisé monte à trente mille

livres, que Mrs les commissaires ont exprimé que cette

dépense était extrèmement utile pour augmenter la

facilité du transports des marchandises et denrées

de la province au port de Cette, et qu'ils ont en devoir

proposer à l'assemblée, pour ne pas trop changer les

impositions, de la faire en trois années consécutives à

commencer la présente, d'imposer à cet effet dix mille

livres pour commencer l'ouvrage, et charger messieurs

les commissaires des travaux publics d'en passer le bail.

Ce qui a été délibéré conformément à l'avis de...

 

11 1732 chaussée 27 novembre 1732.JPG

 

messieurs les commissaires , auquel... que le bail

de la construction du chemin de La Peirade à Cette

sera passé sur le devis du sieur de Clapies par messieurs

les commissaires des travux publics, et qu'il sera imposé

pour commencer cet ouvrage la somme de dix mille

livres.

 

 

1733

  

20 1732 chaussée 22 décembre 1732.JPG

 

Mémoire du syndic général de

la province du Languedoc au sujet du chemin

de la Peirade à Cette

 

Les états de la province du Languedoc ont

pris le 22 décembre dernier une délibération portant qu'il

serait construit un chemin depuis La Peirade jusqu'à Cette

sur le devis de Mr de Clapies qui revient à dix mille

écus, que cette somme serait imposée en trois années et

que le bail de la construction de ce nouveau chemin

seraient passé par Mrs les commissaires des travaux publics.

Les autres ouvrages que les états ont délibéré par rapport

à Cette, regardent le port et sont conforme aux instructions

de messieurs les commissaires du Roy.

On peut remarquer d'abord qu'il n'est pas question d'une

dépense de deux cent milles livres comme on a voulu le

faire entendre, et après avoir éloigné aux autres observations

du mémoire.

Le motif qui a déterminé les états a prendre la

délibération dont il a été parlé, n'est autre que de construire

un chemin dans un endroit ou il n'y en a jamais eu d'autre

que les sables mouvants de la plage.

Le port de Cette est l'unique port du Languedoc et

c'est aussi la seule ressource qu'il puisse avoir pour la sortie

de ses denrées. On n'a qu'a se rappeler les dépenses qui ont

été faites pour la construction de ce port, et les sommes qui

s'imposent annuellement pour son entretien conformément aux

ordre de Sa Majesté contenu dans les instructions qu'elle...

 

B 1732 22 decembre 1733.JPG

 

adresse à ses commissaires pour se persuader qu'il

est indispensable de faire construire un chemin pour y

conduire.

On ne peut pas disconvenir que le commerce qui se fait

par le port de Cette soit vu d'objet très intéressant pour le

Languedoc...

Il était donc juste de s'appliquer à rendre ce port plu

marchand et en faciliter l'abord à toutes les parties de la

Province, et on ne pouvait différer plus longtemps de faire

construire un chemin dont le projet est aussi ancien et

aussi nécessaire.

Pour faire mieux connaître en quoi consiste les

ouvrages qui ont été délibéré aux derniers états concernant

le chemin de Cette, il est nécessaire d'observer que la ville

de Cette est située dans une presqu'île environnée de la

mer et des étangs... on arrive

donc à Cette par la plage de Maguelone et il a été

construit depuis longtemps une chaussée dans les étangs

qu'on appelle "La Peirade" (la première peirade) qui aboutit d'un côté

à la plage de Maguelone et de l'autre au terroir de la communauté

de Frontignan.

Il n'y avait aussi qu'un chemin fort étroit de Montpellier

à Cette, qui passait par les lieux de Villeneuve...

 

C 1732 22 decembre 1733.JPG

 

Mirevaux et qui aboutissait à La Peirade mais

comme ce chemin n'établissait la communication qu'entre Cette

et Montpellier et qu'il n'était d'aucun usage aux autres

villes et lieux de la Province, on reconnu la nécessité d'en

construire un autre dont l'utilité fût commune à tous

les négociants de cette Province, mais ce projet et quoique très

important pour le commerce n'a pu être exécuté jusqu'à présent

que par parties.

Il y a déjà plus de douze années que la province a fait

faire un chemin de traverse qui conduit de la grande route

jusqu'à La Peirade, et comme le port de Cette est comme un

centre ou doivent aboutir les denrées de la Province, ce

chemin de traverse aboutit à la grande route par deux

endroits différents, l'un pour le bas Languedoc, l'autre pour

le haut...

Le chemin que les états ont délibéré en dernier lieu...

n'est que la plus petite

partie de l'ouvrage qu'ils ont commencé depuis longtemps.

Ce chemin n'a qu'une lieue environ de longueur sur la

plage, c'est à dire dans les sables impraticables, de sorte que

demander pourquoi les états ont délibéré de conduire le chemin

depuis La Peirade jusqu'à Cette, c'est demander pourquoi

après avoir élevé une maison jusqu'à une certaine hauteur

on la met dans sa perfection.

Indépendamment de ce que l'on vient de dire, l'utilité de

cet ouvrage se fait sentir d'elle même.

 Le grand nombre de chemins en établissant une

 

D 1732 22 decembre 1733.JPG

 

 communication plus aisée , plus prompte, plus assurée

fait non seulement la commodité mais c'est encore la richesse

d'un pays. Les chemins servent aux voyageurs, au

transport des marchandises, au passage des troupes, et

toutes les fois que des commerçants ou des particuliers ont

prétendu s'opposer à la construction d'un nouveau chemin

pour obliger de se servir de celui qui est déjà fait, on a

combattu leur prétention, comme également contraire à la liberté

naturelle et à l'avantage public.

L'application de ces préjugés au chemin de Cette

se fait d'elle même, avec cette différence seulement

que le chemin que les états ont commencé de faire...

 

 E 1732 22 decembre 1733.JPG

 

construire depuis plusieurs années et qu'ils ont délibéré

d'achever pendant le cours de celle ci est l'unique chemin

qui conduit au port de Cette.....

 

F 1732 22 decembre 1733.JPG

 

certains ne voient pas d'un très bon œil l'ouverture

de cette chaussée...

 

  1734 (2 janvier)

 

10 chaussee de Frontignan à Cette 2 janvier 1734 (5).JPG

 

 Chemin de Cette pont sur le

canal et chaussée sur les étangs

 

20 chaussee de Frontignan à Cette 2 janvier 1734 (2).JPG

 

 Mémoire sur le chemin de Cette et

sur les ponts qui ont été construits sur le

canal des étangs

Il fut imposé l'année dernière la somme de

quatorze mille livres pour la construction d'une

grande arche sur le canal des étangs et de deux

autres qui devaient y être adossées, et les travaux

faits, commencer la chaussée qui doit traverser les

étangs pour joindre la partie du chemin faite et

perfectionnée depuis le bord des étangs jusqu'à Cette

qui est ce qui reste à faire pour perfectionner le

chemin depuis la croix du chemin de Frontignan

jusqu'au pont de Cette.

Les entrepreneurs ont travaillé  l'année dernière

à la construction des trois ponts, c'est à dire au grand

pont sur le canal et aux deux petites arches qui

devaient lui être adossées, le tout en pierre de

taille vive, et certainement la province a lieu

d'être contente de cette construction, mais elle a

lieu de blâmer les entrepreneurs d'avoir aussi peu

avancé les ...pour la chaussée qui doit...

 

30 chaussee de Frontignan à Cette 2 janvier 1734.JPG

 

 traverser les étangs.

Il leurs a été payé dans le cours de l'année sur

les mandatements de Mrs les Commissaires

... dans le mois d'avril  ..................................... 4000 livres

dans le mois de juin.............................................3000 livres

ce qui fait...............................................................7000 livres

                    auxquelles ajoutant les appointements

                      du sieur Marimié inspecteur dont il

a été payé de ........................................................150 livres

               il restera à lui payer cette année sur

               ces fonds un                                         total de 7900 livres

En sorte qu'il ne reste du fonds de quatorze mille livres imposé

que celle de six mille cent au moyen duquel paiement les

entrepreneurs sont remboursés des avance qu'ils

avaient faites l'année dernière pour les batardeaux

mais ils n'ont pas été payé des foins, peines et

vacations pour la construction des batardeaux.

Les entrepreneurs demandèrent dans le mois

d'octobre un certificat pour être payé de trois milles livres

mais en ayant conféré avec Mr de Joubert il fût

convenu qu'il serait fait un toisé général de ...

 

40 chaussee de Frontignan à Cette 2 janvier 1734.JPG

 

 tous les ouvrages qu'ils avaient fait depuis le

commencement de leur bail jusqu'à présent les

trois ponts compris et liquider ensuite toutes les

sommes qui leurs avaient été payé depuis le

même temps, mais lorsqu'on a voulu travailler

à ce toisé, tous les ateliers qui avaient été faits

pour le comblement de la chaussée depuis la croix

de Frontignan jusqu'aux ponts, étaient pleins d'eau

ainsi on ne pourra pas se dispenser d'attendre

que ces ateliers qui sont très considérables soient

à sec, on pourra cependant après les états supposer

que les ateliers soient encore pleins, toiser toute

la maçonnerie, ce que le sieur de Clapies fera

dans son premier voyage, cependant le sieur de

Clapies estime qu'il suffira d'imposer la présente

année la somme de dix mille livres à compter des

ouvrages à faire pour la construction de la

chaussée qui doit traverser les étangs avec

laquelle somme, et les fonds restants de l'année

dernière on pourra avancer cette chaussée.

 

1737 (2 janvier)

 

1737 chaussée de Cette 1.JPG

 

Du samedi cinquième du mois de janvier Président Monseigneur

l'Archevêque et Primat de Narbonne.

Monseigneur l'évêque d'Alais a dit ensuite que l'attention continuelle

que les Etats donnent à tout ce qui peut faciliter le commerce en rendant

aisées les communications d'une ville à l'autre, les porta à délibérer en 1733. De

faire construire un chemin depuis la ville de Cette, jusqu'à la rencontre de celui

qui avait précédemment été faitdans le diocèse de Montpellier , qui aboutit

à la grande route du Haut Languedoc, qu'en conséquence de cette délibération

et du bail qui fût passé par Mrs les Commissaires, le chemin a été perfectionné

sur dix huit cent toises de longueur depuis le pont de la ville de Cettejusqu'à

un ecrtain endroitou l'on peut prendre deux différentes voies ; la première

de continuer le chemin en cotoyant l'étang jusqu'à une ancienne chaussée

appelé La Peyrade qui aboutit à un bac servant à passer le canal et de là

rejoindre ensuite le grand chemin du lieu de Balaruc, et la seconde

à traverser l'étang par une nouvelle chaussée percée de plusieurs arches

à peu près dans l'endroit ou on le passait autrefoisà gué et rejoindre

ensuite le même chemin de Balaruc , après avoir passé le canal sur un

pont de pierre qu'on faisait construire.

Que s'agissant de proposer à l'assemblée de choisir l'une de ces

deux voies, messieurs les commissaires avaient préalablement chargé le sieur

de Clapies de prendre toutes les mesures et éclaircissements nécéssaires pour

qu'on peut se déterminer avec connaissance de cause au parti le plus

avantageux.

Qu'en conséquence le sieur de Clapies a rapporté à la commission son

procès verbal duquel, il résulte qu'en suivant le dernier partie de traverser...

 

1737 chaussée de Cette 2.JPG

 

l'étang par une nouvelle chaussée et le canal sur un pont , le chemin est

plus court que par l'autre côté de plus de trois cents toises , qu'à l'égard

de la dépense suivant les estimations qu'il en a fait, le dernier projet

semble d'abord devoir être plus couteux d'environ cinq milles livres à cause

de la construction du pont,mais qu'il y a pourtant lieu de croire que cette

augmentation sera emportée par la différence du prix du nouveau bail

avec ceux de l'ancien sur lesquels l'estimation a été faite et qui sont plus

hauts à cause de l'éloignement des matériaux qui se trouveront présen-

tement  à pied d'oeuvre.

Que pour ce qui concerne les avantages de ce dernier projet sur

l'autre ils sont évidents, soit qu'on considère la moindre longueur du

chemin ou la facilité de passer à toute heure et en tout temps le canal

sur un pont et l'étang , sur une chaussée sans courir le risque et les

retardements que cause par l'autre côté le passage du bac , qui a souvent donné

lieu à la perte de bestiaux, et des marchandises, et celui de La Peyrade

souvent couvert par les eaux de l'étang de manière à ne pouvoir y

passer sans danger.

Que ces considérations ont déterminé messieurs les commissaires après

un long examen de cette affaire , a proposer à l'assemblée d'approuver

la continuation du chemin à travers les étangs à l'endroit porté par

le devis du sieur de Clapies jusqu'au canal sur lequel il sera

construit un pont de pierre et delà jusqu'au chemin de Balaruc

et d'imposer à cet effet la somme de dix mille livres, comme les années

précédentes pour commencer les nouveaux ouvrages en chargeant

messieurs les commissaires qui seront nommés pour la directiondes

travaux publics pendant l'année d'en passer avec le sindic général

le bail sur le devis du sieur de Clapiès , à ceux qui feront la condition

meilleure.

Sur quoi il a été délibéré conformément à l'avis de messieurs

les commissaires que le chemin en question sera continué depuis

l'endroit ou il est présentement fini à travers l'étang , jusqu'au bord

du canal, il sera construit un pont de pierre et de là

jusqu'à la rencontre du chemin de Balaruc ou on prend  l'ancienne

route précédemment construite et qu'il sera imposé la somme de

dix mille livres pour être employé à commencer cet ouvrage

duquel le bail sera passé par messieurs les commissaires des travaux...

 

1741

 

 1741 bac.JPG
  

Demandes de dédommagements suite à la

construction de la chaussée de La Peyrade

Les religieux Bénédictins d'Aniane, et Mr de

Riquet, ayant remis aux derniers états des mémoires

contenants leurs demandes au sujet du dédommagement

qu'ils prétendent leur être du à raison de la construction

d'un pont sur le canal des étangs, qui rend inutile le 

Bac  qui leur appartient, et les prix du revenu qu'ils en

retirent, il a été délibéré de concert avec les deux parties de

prier Monseigneur le chancelier de vouloir bien prononcer sur

cette demande , et on a remis en conséquence tous les mémoires

de la part des parties. 

 

1742

 

1742 le bac.JPG

 

Mémoires sur les affaires qui n'ont

pas été finies pendant ma députation

de 1742

L'affaire que la province a avec les

propriétaires (Riquet et les Bénédictins d'Aniane)

du Bac de La Peyrade dont la décision

a été remise à Mr le Chancelier, lequel attend

l'avis de Mr L'Intendant.

 

1744 (24 février)

 

1744 24 février le bac.JPG
 

Mémoires sur les affaires qui n'ont pas été

finies pendant la députation de l'année

1743 (indemnité pour le bac de La Peyrade

La demande des propriétaires du bac de La Peyrade en

indemnité à raison de la construction de la nouvelle

chaussée et un pont sur le canal des étangs. La

décision de cette affaire a lu remise à Mr le Chancelier

qui a reçu l'avis de Mr Le Mam...de solliciter

une décision favorable sur les raisons contenues au

mémoire des états. On a été informé que l'avis de Mr

... en contraire à la demande en indemnité à l'égard

des bénédictins d'Aniane, mais qui leur accordait

une somme indiquée aux propriétaires du canal de ...

des mers, lui représentais seulement de ce qui leur

en a pût coûter pour la construction de l'ancienne peirade

dont ils ont fais les frais en ... ... que les bénédictins

d'Aniane y ayant contribué . Déplaise de comprendre

que ces avis met de l'embarras dans l'affaire le

............... fasse impression sur l'esprit

de Mr le Chancelier, il ne faut pas presser la

décision jusqu'à ce qu'on ai remis quelques observations

pour justifier qu'il ne se dût aucune indemnité.

On ne remis à Mr De Lafage aucun mémoire

Mais on lui enverra la copie de celui qui a été donné

au nom des Etats, et quelques observations nouvelles.

Lorsqu'on sera parvenu à avoir copie de l'avis

de Mr ...

 

 

CHAUSSEE DE CETTE 1744 1.JPG

 

Travaux de la chaussée et du pont 52 arches

Monseigneur l'évêque de Viviers a dit ensuite que le

sieur de Joubert a pareillement rendu compte a vu les

commissaires de l'emploi des fonds qui ont été fait

pour la continuation de la chaussée de Cette au travers des

étangs , et que de cinquante deux arches dont cette chaussée

doit être percée, il y en a aujourd'hui quarante de faites

jusqu'au cordon, mais que cet ouvrage ne pourra pas

être entièrement achevé pendant le cours de l'année

prochaine (1745), que la nécessité de donner une libre

communication aux basses eaux de l'étang ayant obligé

de couper la jetée sous deux de ses arches , on n'a pût

éviter pour ne pas interrompre la voie publique de

faire construire deux petits ponts de bois sur les

ouvertures d'un côté de la berme que dans le même ...

le sieur Dardellier entrepreneur de la chaussée ayant

offert de faire construire en pierre deux autres ponts

de l'autre côté de la berme pour le même prix que les

ponts de bois , cette offre avait été accepté par le sieur

Pitot . Mais que les ponts de pierre ont été emporté

par l'effort des grandes eaux , tandis que les ponts

y ont résisté, qu'il a été aussi fait une dépense

par économie pour le batardeau de la trente et unième

 

CHAUSSEE DE CETTE 1744 2.JPG

 

arche qui avait été pareillement ouverte, mais que la

commission n'avait arrêté le montant de la dépense

du batardeau attendu que toutes les pièces ne soient pas

rapportées, qu'elle n'avais pût ainsi statuer sur la demande

du sieur Dardellier en paiement des deux ponts de pierre sans

prendre de nouveaux éclaircissements sur la manière

dont ces ponts avaient été construits. Auquel la commission

... seulement commencée d'arrêter le compte de la dépense

de la construction des deux ponts de bois, laquelle s'est

trouvée revenir suivant les pièces qui ont été rapportées à

la somme de 611 livres pour le seul déboursé à laquelle

somme il convient d'ajouter la somme de 200 livres pour le sieur

Bouvier qui a conduit les ouvrages. A quoi il a été ajouté

par monseigneur l'Evêque de Viviers qu'attendu que le

fonds de 15000 livres qui avait été fait pour la chaussée du

chemin de Cette, n'a pas été entièrement employé , il suffit

d'imposer l'année prochaine, la somme de dix mille livres.

Sur quoi il a été délibéré de donner pouvoir à Mrs

les commissaires qui seront nommés pour la direction des

travaux publics pendant l'année prochaine, d'arrêter le compte

de la dépense du batardeau qui a été fais pour sonder à fonds

la trente neuvième arche de la chaussée , et de statuer sur la

 

CHAUSSEE DE CETTE 1744 3.JPG

demande du sieur Dardellier pourla construction de

deux ponts de pierre dont il a été parlé , d'allouer donc

le compte du sieur trésorier de la bourse la somme de

611.2 livres pour la construction des ponts de bois , d'accorder

au sieur Bouvier la somme de deux cents livres pour la

conduite de l'ouvrage, et d'imposer l'année prochaine (1745)

la somme de dix mille livres pour la continuation de la

chaussée du chemin de Cette à travers les étangs.

Monseigneur l'Evêque de Viviers a dit encore qu'il fut

délibéré le 28 janvier 1744, que les ouvrages proposés

par le sieur Pitot pour remédier autant qu'il serait

possible à l'infection de l'air , et aux maladies qui affligent

les habitants des communautés situées sur les côtes

depuis Villeneuve les Maguelone jusqu'à Cette seraient

exécutés à la diligence du syndic du diocèse de Montpellier

et que ceux qui avaient été proposés par rapport à la ville

de Cette seraient exécutés à la diligence du syndic général

attendu l'attention particulière des Etats pour tout ce qui

regarde une ville aussi intéressante pour le commerce

de la province.

Que ces derniers ouvrages consistent suivant le devis

qui en a été fait par le sieur Pitot, au comblement de

plusieurs mares qui sont assez près des maisons de

Cette du côté de Frontignan, des ateliers d'où on a pris

 

CHAUSSEE DE CETTE 1744 4.JPG

les terres pour la construction du nouveau chemin sur la

plage . Et finalement des fossés que les particuliers ont

fait autour de leurs possessions pour les relever et les

bonifier, que ce devis ayant été remis au sieur Joubert syndicgénéral vers la moitié du mois de juin , il en fit part à

Mrs les commissaires des travaux publics qui seraient assemblés

à Montpellier le 6 juillet dernier . Il fût déterminé par eux

1) de suspendre la partie des ouvrages qui pouvait regarder

la province attendu le risque qu'il pourrait y avoir de

remuer dans cette saison des terres imbibées de vase et

de limon.

2) que les syndic généraux examineraient de

concert avec les Consuls de la ville de Cette quelles mesures

on pourrait prendre pour obliger les particuliers à

combler les fossé qu'ils avaient faits autour de leurs possessions,

étant fort à craindre qu'ils ne refusassent de le faire , et

qu'ils n'aimassent mieux abandonner leurs possessions.

Qu'en conséquence de cette résolution, dont il fût

donné connaissance aux consuls de Cette, il fût pris une

délibération par le conseil politique de la ville de

pouvoir devant Mr l'intendant pour y obliger les

particuliers , que les syndic généraux à qui cette délibération

fût remplie obtinrent sur leur requête une ordonnance, de

Mr l'Intendant portant que les fossés seraient comblés

 

CHAUSSEE DE CETTE 1744 5.JPG

 

par les particuliers possesseurs des fonds conformément

au devis du Sieur Pitot................ 

1746 (24 février)

 

50 chaussee de Frontignan à Cette 1746 (2).JPG

 

 Les commissaires députés par les Etats

Généraux de la province du Languedoc pour

la direction des travaux publics.

Vu la délibération des états du quatorzième du

présent mois, qui nous donne pouvoir d'adjuger

les ouvrages qui restent à faire à la chaussée qui

sert de chemin pour aller à Cette, le devis du

Sieur Pitot, directeur des travaux publics de la

 

1732 signature Pitot.JPG

 

province en date du troisième de ce mois dont la teneur

s'ensuit.

Chaussée du chemin de Cette

Tous les ponts de la nouvelle chaussée de Cette

sont finis. Excepté aux deux rampes à savoir à

Cette du côté du pont sur le canal il a fallu ne

construire les quatre derniers ponts ou arches

qu'a moitié de leur longueur afin de laisser

une rampe pour descendre sur la jetée et ne pas

interrompre la vie publique et à la rampe

du côté de la place il y a deux petites arches

à faire, l'une de deux toises de diamètre et l'autre

d'une toise dont nous avons marqué à ...

 

60 chaussee de Frontignan à Cette 1746.JPG

 

 l'entrepreneur l'emplacement et la direction.

Il est question à prséent de combler les vides

entre deux des arches de la chaussée , de construire

les parapets, de parer ensuite la dite chaussée et de

faire un escalier pour descendre sur la banquette

du canal des étangs pour tous lesquels ouvrages

nous avons dressé de devis suivants afin de mettre

nos seigneurs les commissaires des travaux

publics en états d'en passer le bail, soit au sieur

Dardelier entrepreneur des ouvrages de la chaussée

soit à tel autre entrepreneur qui fera la condition

meilleure.

Article 1

L'entrepreneur qui sera chargé des comblements

des vides entre les piles et culées des arches

de la chaussée sera tenu de combler d'abord

le fonds des vides jusqu'à la hauteur de

quatre pieds avec de l'argile ou de la terre la

plus grasse qui se trouve aux environs à

deux ou trois cent toises du pont sur le canal,

cette terre grasse sera bien battue, lit par lit

 

70 chaussee de Frontignan à Cette 1746.JPG

  

d'un pied d'épaisseur avec la ... ou demoiselle

Article 2

Le reste des vides jusqu'au niveau du dessus

du cordon sera rempli avec de la pierraille,

cailloutages et graviers bien battus et par lit

avec la demoiselle et bien aplanis au niveau

du cordon

Article 3

On construira ensuite les parapets de chaque

côté dont la hauteur au dessus du cordon

sera de quatre pieds afin qu'il y ait un pied

sous le pavé et trois pieds d'hauteur d'appui

il sera formé de quatre cours d'assises de

pierres de taille dont les trois premiers auront

un pic d'épaisseur et la dernière ou celle un

courronnement aura seize pouces d'épaisseur

afin de laisser de chaque côté ou chaque

face extérieure et intérieure une saillie

ou rebord de deux pouces.

Article 4

Les pierres de tailles du parapet seront cela

 

86 chaussee de frontignan a cette 1746.JPG

 

20140510_173034.jpg

 

Les  pierres du parapet en 2014

 

même pierre dure dont les arches de la chaussée

ont été construite ou de la pierre de Cette, elles

serons sans défault, taillées trés proprement faisant

parpins posés par assises égales et réglées...

et joint quarrées en bonne et suffisante liaison

fichées et jointoyées.

Article 5

Les pierres de taille de chaque assise du parapet

auront au moins deux pieds de longueurs, celles

du couronnement auront au moins de trois pieds

à trois pieds et demi de longueur, elles seront

taillées par le dessus en...ou dos d'âne,

elles seront toutes assemblées mâles et femelles

en demi rond dont le diamètre aura un tiers

de la largeur du couronnement, ainsi qu'il est

représenté par la figure ci joint à côté.

Article 6

Le parapet étant fini, on mettra sur toute la

chaussée une couche de gravier fin de dix

pouces d'épaisseur pour servir de formes au

pavé, ce pavé sera fait avec des pierres...

 

87 chaussée de frontignan à cette 1746.JPG

 

dures et choisies de neuf à douze pouces d'équerre

plantées par pointe et en liaison bien bâties

et affermies à la demoiselle, on donnera à ce

 

demoiselle.JPG

 

Demoiselle

 

pavé des petits revers ou pentes pour conduire

les eaux pluviales qui tomberont sur la

chaussée, à ces petites ouvertures ou gargouilles

de deux à trois pouces de diamètre au travers

du parapet, ces gargouilles seront espacées

de dix en dix toises. Enfin ce pavé étant fini

on le couvrira d'une couche de bon gravier

fin de six pouces d'épaisseur.

Article 7

A...de l'escalier qui est indispensable

  de faire pour descendre du dessus du pont

du canal sur le bord de la banquette...

Canal, il sera composé de trente et une marches

de sept pouces d'hauteur et dix pouces de

Giron (dessus de la marche d'un escalier)

sa largeur dans l'oeuvre sera de trois

pieds, les marches auront trois pieds et demi

de longueur, pour avoir trois pouces de portée

de chaque côté, l'une dans un contresens...

 

 88 chaussee de Frontignan à Cette 1746.JPG

 

 qui sera adopté aux pavements des reins du pont

et l'autre sur le mur de chiffre ou d'appui

on fera une ouverture au parapet du pont de

trois pieds de large par laquelle on passera sur

un palier de trois pied enquarré sans oeuvre

on donnera au contremur et au mur de chiffre

un pied d'épaisseur, ils seront construits en bonne

maçonnerie et se termineront à la hauteur des

marches, on élèvera au dessus des murs de chiffre

un parapet rempart de deux pieds et demi

d'hauteur et huit pouces d'épaisseur en pierre

de taille.

Article 8

Les sur ouvrages seront donnés à l'entrepreneur

à la toise cube équarré.

Scaris

1°) La toise de la terre grasse

cailloutage, pierretage et gravier

pour les comblements des vides

entre les culées des ponts de la

chaussée a.......

 

93 chaussee de Frontignan à Cette 1746.JPG

 

 2°) la toise quarrée de parement ..

pierre de taille du parapet, toisée à

chaque face extérieure ou intérieure

et par dessus son couronnement à...

3°) Chaque marche d'escalier mise en

oeuvre et le palier à ...

4°) la toise courante du petit parapet

rempart de l'escalier à.....

5°) la toise tube de maçonnerie du

contremur et mur de chiffre de

l'escalier à.....

6°) la toise équarrée du pavé de la

chaussée, la forme de gravier et

la couche par dessus comprise à....

L'entrepreneur qui sera chargé des susdits ouvrages

donnera bonne et suffisante caution fait à

Montpellier le 3 février 1746 signé Pitot

 

1732 signature Pitot.JPG

 

 Les affiches portant que l'adjudication des

ouvrages sera par nous faite du 23 de ce mois

dans la présente ville et les certificats mis

auprès des affiches en date du

présent mois, contenant quelles ont été...

 

94 chaussee de Frontignan à Cette 1746.JPG

 

 publiées dans les ville de Pézenas, Béziers, Agde

Cette, Narbonne et Carcassonne les 16, 17 et 18 de

ce mois.

Le procès verbal de notre assemblée du jour vingt

trois contenant l'adjudication par nous faite après

l'extinction des feux au sieur Recouly qui avait fait

le ... sur l'adjudication faite à ce jour

lequel très...aurait revu le prix des ouvrages

à la sovingt sept mille six cent livres

contre procès verbal du même jour par lequel nous

avons octroyé au ....l'adjudication de l'offre

par lui faite sur le tiers... de Recouly et

renvoyé au lendemain ) quatre heures de relevée

pour ouvrir les offres entre les adjudicataires

et le .....seulement.

Autre procès verbal au vingt quatre du mois

à quatre heure de relevée, contenant l'adjudication

par nous faite au sieur Recouly qui nous a dit

sur l'offre de trois cent livres faite par le

... au moyen de laquelle le prix de

l'adjudication est revue à vingt sept mille

livres...acquis est plus amplement.

 

95 chaussee de Frontignan à Cette 1746.JPG

 

 contenu au procès verbal.

Nous commissaires avons adjugé et adjugeons

au sieur Recouly, l'entreprise des ouvrages

qui restent à faire de la chaussée qui sert de

chemin pour aller à Cette à travers les étangs

en bloc et à forfait, moyennant le prix de vingt

sept mille livres qui est le montant de sa

dernière offre et à la charge d'éxécuter le

contenu du devis du sieur Pitot au moyen

duquel prix dont le paiement lui sera fait

au fur et à mesure de son travail, le sieur

Recouly sera obligé d'achever les ouvrages

et des les mettre dans leurs perfections dans

le délai de deux années, et au moyen du

paiement de la somme, il renonce à toute

demande en augmentation de prix ou

indemnité sous quelques causes de prétextes

que ce puisse être même de...

énormissime et d'autre moitié le juste

prix auxquelles...aussi

volontairement soumis et obligé le sieur...

 

100 chaussee de Frontignan à Cette 1746.JPG

 

 Louis Despetits négociant de la ville de Cette lequel

...rendu caution en garant pour le sieur Recouly

solidairement sans division ni discussion d'actions

le soumettant aussi bien que le sieur Recouly à toute

contrainte par corps ayant déclaré l'un et l'autre

qu'ils ont en parfaite connaissance du devis du

sieur Pitot est de ses dispositions y consentent et ou les

adjudicataires et caution signé avec nous, fait

à Montpellier le 24 février 1746. Signé Recouly, Delpetits

l'évêque d'Alais, le marquis de Nizas, Rome maire

de Mende, Jerphanion sindic du Velay

Montferrier sindic général,Joubert sindic

général, Lafage sindic général

Collationné

Guilleminet

 

 



28/04/2014
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 200 autres membres